Cette semaine a vu apparaître un nouveau sous-genre : la D&B Ghetto House

 

Rockwell – Detroit / Back Again – Shogun Audio

D&B Ghetto House

Conçu pour le dancefloor mais avec un vrai parti pris. L’idée est d’aller chercher dans le répertoire Ghetto House pour adapter les codes de ce style à la D&B. Le résultat est assez jouissif.

Les deux morceaux sonnent très 90′s. Les voix sont typiques de la Ghetto House, bien qu’elles ne soient pas assez sexuelles et vulgaires, DJ Funk aurait très bien pu utiliser quelques « Yo » du morceau « Detroit ». Les claps sonnent très 909. Les rythmiques très minimales, rappellent la techno conçue il y a 20 ans.

La basse de « Detroit », efficace mais un peu facile n’est pas l’atout majeur du morceau. Elle s’intègre cependant parfaitement dans ce compromis entre D&B et Techno 90′s.

Rockwell réussit ici un très bel exercice d’équilibriste et prouve que la D&B peut être accrocheuse sans être racoleuse, tout en prenant des risques.

Subtension – Black Haze / Changes – Samurai Music

Le retour de la neurofunk ennuyeuse

A part mixer sur un dancefloor, c’est assez ennuyeux. Un enchaînement de basses vrombissantes sans vraiment savoir où l’artiste veut nous emmener. Les trois morceaux laissent penser que cela aurait pu être beaucoup mieux. Il manque juste un petit quelque chose pour que le déclic se fasse.

Artiste à suivre, mais il faut lui dire qu’une grosse basse ne suffit pas.

 

Nu:Logic – Everlasting Days / We Live There VIP – Hospital

D&B antidépresseur

Logistics & Nu:Tone ; les deux meilleurs artistes de l’écurie et du style Hospital selon moi.

« Everlasting Days », repris de l’album, léger et joyeux, vous met de bonne humeur. Ceci est assez rare en D&B, habituée à des ambiances pesantes et sombres. Certains diront qu’il s’agit d’une D&B un peu délavée, pas assez « couillue », mais le lead sautillant, la marque de fabrique de Logistics, qui rappelle son « Over and Out », met des fourmis dans les jambes.

La version VIP de « We Live There » contredit un peu ce qui vient d’être dit. Oublié le côté dub de l’original, ici c’est sombre et ça envoie, bref un remix VIP. Le traitement de la voix colle parfaitement à l’aspect électrique du morceau.

Chronique by @CAMOMIX

http://soundcloud.com/unebassedanslatete

http://www.facebook.com/Camomix

REVIEW WEEK 23