Amoss
Fear EP
Sorti le: 23/11/2015
Horizons Music
C’est une année faste pour Amoss. En effet, les britanniques originaires de Hereford multiplient depuis six mois les sorties : Après un passage remarqué chez Dispatch Recordings, chez qui ils signent deux très bons EP en collaboration avec le talentueux Fre4knc, ainsi que sur Flexout Audio, ils reviennent ce mois-ci sur leur label de prédilection Horizons Music avec « Fear EP ».
Fidèle à eux-mêmes, Amoss nous délivre sa marque de fabrique par excellence dans un opus quatre titres sombre et nerveux. De la deep drum & bass minimal et moderne, aux frontières du neurofunk.
Plongeons donc dans les abysses de « Fear EP » et regardons la bête de plus près :

 

Amoss – Sinkhole

 Pas de doute, cette collaboration avec Arkaik délivre une attaque franche et nous transporte directement à l’essence même de l’EP. Après une longue introduction à l’atmosphère pesante et hypnotique, on rentre dans le vif du sujet avec un drop au son sec, froid et agressif. Un kick sourd, puissant, accompagné de basses modulantes très graves qui se fondent dans les infra-basses et se muent en grognements inhospitalités. Comme souvent chez Amoss, on a droit à une palette de percussions soignées : les bongos, cymbales rides ou encore shakers sont mixés à la perfection.

Amoss – Fear

 Une introduction intéressante, avec un buildup qui annonce la drumline, couplée à un sample vocal réverbé parfait pour l’ambiance. On rentre dans des méthodes de composition plus poussées. La drumline est très « breakée », joue sur les contre-temps avec des snares irrégulières. La batterie sonne très naturelle et peu compressée, notamment grâce à une la ligne de hats nuancée. Ici aussi on a droit à des basses tortueuses au son acide, qui rappellent les sound design de Hybris ou encore Xtrah.

Amoss – This Is The Reason

 Amoss ayant définitivement apporté un soin tout paticulier aux batteries sur cet EP, on remarque en premier lieu une belle ligne de drum au son old school, marquée par des kicks off beat vennant relancer les boucles avec groove.
Les basses se font larges et résonnantes et semblent s’étirer dans un bourdon continu. Les éléments mélodiques sont rares et viennent tout juste donner subtilement de la ponctuation à la structure de la track, si bien que le breakdown est marqué par un long silence avant de reprendre le second drop. A ce demander jusqu’où les producteurs de deep drum & bass pousseront les limites de l’esthétique minimaliste…

Amoss – Cosmonaut

 La dernière track de l’EP adopte un style plus « rollin’ », partagé entre une batterie véloce et des sonorités mélodiques plus affirmées. Une introduction aux accords mélancoliques et intriguants, puis des basses qui se fondent dans l’écho de longues plages sonores volatiles. Néanmoins le second drop nous ramène vers une énergie plus brute, pulsée par une drumline toujours plus entraînante avec ses couches de layering complexes. Une belle touche smooth en guise de conclusion.

« Fear EP » joue la carte de la valeur sûre. A défaut d’un son innovant et ambitieux, Amoss nous offre ce qu’ils font de mieux : de la drum & bass hargneuse et sombre conçut pour le dancefloor de la scène underground. Des tracks efficaces en set qui puisent leur énergie aux racines même du genre, une politique qu’Horizons Music appliquent depuis plusieurs années en signant des artistes de renoms tels que Break, Dabs, Cern ou encore Sunchase. A conseiller aux deep headz de tout bords.

Charles Fourcassié