DBR UK
Rough Edge LP
Sorti le: 04/12/2015
Dispatch Recordings
Après plusieurs années marquées par des sorties irrégulières, alternant entre EPs et singles pour compilations, DBR UK revient sur le devant de la scène avec la sortie inattendue de « Rough Edge », un premier album seize titres signé chez les deep heads Dispatch Recordings.
Le trio de Luton, composé de Craig Penman, Dan Myles et Carl Nanton s’est progressivement forgé une renommée importante dans le milieu underground anglais, notamment grâce à ces nombreux guests et résidences sur les radios locales telles que Rude FM et Luton’s Raw FM.
Puisant ces inspirations aux racines du style, la drum & bass sombre de DBR UK tire ses sonorités du jungle et du UK hardcore 90’, produite avec un souci du détail et de l’équilibre des éléments caractéristique des producteurs à l’esthétique minimale.
« Rough Edge » vient ainsi confirmer le style du trio avec un album 100% old school/revival et deep à souhait.

 

Sans introduction, l’opus débute sèchement par la drum crue et piquante de « Hexton », en collaboration avec le légendaire Skeptical. On reconnait ce dernier aussi bien dans les sonorités caverneuses des sub basses que dans sa sidérante science de l’arrangement : avec très peu d’éléments et de variations, la track reste riche et attractive malgré sa composition peu dense et sa drumline simpliste.
S’en suit le superbe « Man Hunt », introduit de sons de cordes lugubres aboutissant à un drop mené par une drum riche breaké, ornementé de congas claquantes et des pulsations de bassdrops à faire trembler le plancher.
DBR UK nous dévoile ensuite plus largement sa palette d’atmosphères, d’abord avec « Time Will Tell (feat. Structured & Amanda Seal) » beaucoup plus mélodique, conduit par des cœurs féminins souls et des accords de rhodes jazzy, puis avec « Blood Water (feat. Structured & MC Fokus) » plus hip hop/halftime, rappelant le style de Dub Phizix par sa snare courte et ses kicks en contretemps

« You Don’t Know », « Dark Alley » et « Fortress 2015 » viennent apporter une touche plus groovy avec des drumlines roulantes, des samples jungle réverbés et des reeses basses ronflantes dans la veine Metalheadz. Le goût du trio pour les élements 90’ se fait également sentir sur « Demolition (feat. Slippy Skills) », rythmée par une snare distordue et des toms de boites à ryhtmes type Roland 808, tandis que résonnent des pads métalliques dans les aigues. On remarque également une inspiration dark jungle façon Dillinja sur le morceau éponyme « Rough Edge », aux breaks de batteries complexes et déconstruits.

La fin de l’album est marquée de tracks plus « ambient » dans un style progressif, avec « Arrakis (feat. Ahmad) » et « 2 Shots » et collaboration avec « Gremlinz », producteur emblématique de la nouvelle vague de deep drum & bass minimaliste représentée par Samurai Music.
L’album se conclue sur une touche smooth avec « Salvation (feat. Structured) porté par la voix envoutante d’Amanda Seal. Les nappes de synthés chargées de chorus enveloppent le chant mélodieusement dans des plages harmoniques cristallines et spacieuses. Une ouverture lumineuse pour conclure un album sombre et oppressant.

« Rough Edge » est percutant, brut. DBR UK délivre un opus dans la logique de leur direction artistique : un concentré de drum & bass sauvage aux multiples influences, aussi bien les sonorités « historiques » jungle que dans des approches plus innovantes.
La liste des collaborateurs de l’album est composée d’artistes de choix et on retiendra les participations de Skeptical, Gremlinz, MC Focuz et Structured qui chacun à leur façon amènent leur touche caractéristique et enrichissent l’album qui, on le constate, reste tout de même très homogène sur la durée malgré de timides passages mélodiques.
Dispatch Recordings, comme très souvent, reste dans sa zone de confort en signant ce nouvel album et affirme une nouvelle fois sont goût pour la drum & bass profonde aux frontières du neurofunk.
Charles Fourcassié