Lenzman
Golden Age EP
Sorti le: 15/01/2016
Metalheadz

Après la sortie magistrale de son album « Looking At The Stars » en 2014 et de l’EP de remix qui s’en est suivi, Lenzman revient cette année sur Metalheadz avec « Golden Age EP ».
L’artwork de l’opus, inspiré des la peintures japonaises du XIXème siècle, laisse imaginer des sonorités venues d’Asie, à l’ambiance zen bercée de Koto et de Shamisen. Cependant le visuel est trompeur : fidèle à son univers musical, le producteur nous délivre ici un liquidfunk brut et puissant au son épuré, réalisé avec maitrise et expérience.
Tour d’horizon « track by track » de cette nouvelle sortie :

Lenzman – Got My Mind Made Up 

L’EP débute sur les notes sensuelles de « Got My Mind Made Up ». Une track menée par une belle boucle de piano à l’atmosphère grave et mélancolique. La simplicité de l’arrangement, la ligne de chant et les effets de reverb donnent une impression d’intemporalité : Le son semble s’étirer et s’étendre dans l’espace, donnant cette merveilleuse sensation d’hypnose propre au liquidfunk.

Lenzman – Golden Age feat Steo

Le titre éponyme de l’opus développe quelque chose de plus sombre. On retrouve ici le piano, qui sera par ailleurs présent tout le long de l’EP, mais sur un ton plus dramatique. La reese bass sourde du drop apporte une légère touche agressive qui rappelle les vibes profondes de « Beyound The Bounds » d’Halogenix. Une aura contrebalancée par la voix de Steo, soul et nonchalante.

Lenzman & Forren – Never Enough

« Never Enough » en collaboration avec le jeune producteur Forren apporte une touche organique avec de subtile sons de guitare funk. On a ici droit à un sub très présent et surtout à des détails sonores intéressants, entre mélodies digitales et sons de gouttes d’eau réverbés, apportant à la track toute sa substance et son atmosphère. Des éléments choisis et organisés avec un remarquable sens de l’équilibre des sonorités.

Lenzman – Homie Don’t Play That

« Homie Don’t Play That » reste dans l’ambiance : une drum linéaire encensée par des cymbales « ride » véloces, une basse profonde et modulante qui distord sur les fin de phrases et un orgue mélancolique venant sublimer le tout. Une fois encore la formule est simple et réalisée sans faute. Le producteur néerlandais reste dans sa zone de confort et y excelle.

Lenzman – Cherry Blossom

Coup de cœur de cette nouvelle sortie : «Cherry Blossom » vient brillamment conclure « Golden Age » en résumant avec brio l’esprit de l’EP. Une magnifique ligne de piano habillée de quelques nappes de cordes aigue, accompagné d’un sub rond à la sonorité proche d’une basse acoustique. La composition harmonique entre les accords de pianos et la basse est savamment pensée. L’atmosphère devient alors méditative et profondément poétique. Des vibes qui rappellent aisément Calibre dans ces envolées lyriques. Une sublime leçon de drum & bass.

« Golden Age », une nouvelle pièce de qualité qui vient s’ajouter au magnifique héritage musical que nous laisse Lenzman. Un EP empreint d’une forte personnalité amenée par une direction musicale stricte. Tout en restant sur des bases acquises, le producteur a fait évoluer son style.
Un son mature et maitrisé qui place définitivement Lenzman parmi les plus grandes figures de la smooth drum & bass moderne, au même titre que LSB, Spectrasoul ou encore Technimatic.
On conseille vivement à tout les liquidheadz de plonger sans hésiter dans ce superbe voyage musical, entre groove et atmosphères de velours.
Charles Fourcassié