Mefjus
Emulation – The Remixes EP
Sorti le: 12/02/2016
Critical Music 
En novembre 2014 sortait Emulation, premier album coup de poing du jeune autrichien Mefjus. Un opus neurofunk riche produit avec finesse faisant preuve non seulement d’une technicité époustouflante mais également d’une musicalité affirmée et mature. Des morceaux efficaces et inovants, des guests de qualité : une recette qui plaça l’album en tête des charts drum & bass de Beatport en moins de quelques jours, avec des bangers tels que « Surrounded » et « Stutter ».
Un peu plus d’un an plus tard, Emulation remporte le prix du meilleur album aux Dnb Awards Arena 2015 et s’en suit un nouvel EP détonnant sur Critical Music comprenant deux versions VIP et quatre remixes énervés délivrés par une poignée de producteurs triés sur le volet. Ténèbres et chaos en perspective…
Rentrons au cœur de la bête avec une nouvelle analyse « track by track »:

Mefjus – Suicide Bassline VIP

On démarre très fort avec « Sucide Bassline VIP ». Mefjus opte ici pour une version plus directe et efficace en remplaçant la drumline breakée du morceau original par un kick/snare droit et puissant et une basse améliorée, plus large et prononcée. L’introduction est également raccourcie, se contentant d’un simple build up amenant rapidement au drop qui vous écrase comme un rouleau compresseur. Le message est clair : une VIP taillée pour le mix, rentre-dedans et sans concessions.

Mefjus – Continuous VIP

On a ici affaire a une VIP qui s’éloigne plus de l’originale et joue sur l’effet de surprise. La structure évolutive linéaire de « Continuous » est remplacée par une progression plus classique et surtout par un drop en halftime puissant et gras. La basse saturée vient attraper les fréquences les plus basses du spectre pour faire trembler les murs tandis que la drumline rythme le tout avec groove, conduite par une snare métallique aiguë à la sonorité typiquement « mefjusienne ». Le tout rappelle fortement « Sunday Crunk (Mefjus remix) » dans une version survitaminée. Oui c’est possible…

Mefjus feat. Dope DOD – Godzilla (Audio remix)

La série de remix débute avec « Godzilla » revu par la légende du neurofunk Audio. Si l’introduction reste très similaire à la version hip hop de Mefjus, Audio opte pour un drop 100% rolling drum & bass. On reconnait aisément le style du producteur par ses basses acides et hachées et cet effet de « phasing » rappelant entre autre sa track phare, « Headroom ». On remarque également l’intéressante mélodie de la fin du drop, très inspirée par le jump up old school, façon DJ Hazard.

Mefjus – Talking feat. Zoë Klinck (Ed Rush remix)

C’est Ed Rush qui prend les commandes pour « Talking », certainement une des tracks les plus intéressantes de « Emulation ». Cependant, on a droit avec ce remix à quelque chose de beaucoup plus simple qui reste dans la zone de confort du producteur et s’éloigne clairement des sonorités de la track d’origine. On quitte le côté mélancolique et l’atmosphère très particulière de « Talking » au profit d’une track aux vibes plus classiques mais néanmoins efficaces, à base de reeses basses modulantes agressives.

Mefjus – Expedition (Insideinfo remix)

Très bon remix de la part d’Insideinfo pour « Expedition », qui rentre dans un registre plus deep. Le producteur apporte sa touche personnelle tout en restant proche de l’esprit du morceau. La production est soignée, dynamique et parfaitement mixée. Le rendu est sobre et bien produit, on apprécie particulièrement le kick très percutant qui s’allie aux sub basses de façon très homogène. L’arrangement mélodique subtil composé de stabs vient donner du corps au drop. Parfaite maîtrise des éléments.

Un EP définitivement pensé pour le mix, chaque track méritant largement sa place dans les sets neurofunk les plus bouillants de ce début d’année. Des remixes de qualité supérieure de la part des producteurs les plus en vogue du moment et des VIP déjà devenues des incontournables avant même leur parution. Autant de raison pour Mefjus de créer une nouvelle fois l’événement, le producteur étant particulièrement prolifique depuis trois ans. Comme à chaque fois aucune déception, de la surenchère en terme de puissance et de qualité. Malgré certaines critiques, une excellente capacité d’innovation et de renouvellement.

Charles Fourcassié