L 33
Karate LP Sampler
Sorti le: 14/13/2016
Eatbrain

On se retrouve cette semaine en Europe de l’Est avec le sampler de « Karate »,  premier album  de L 33. Le bulgare se place depuis 2013 comme un artiste montant de la scène neurofunk, avec des sorties notable sur Lifted, Drum & Bass Arena ou encore Blackout NDL. C’est cependant essentiellement sur Eatbrain que le bulgare s’est illustré avec une poignée de tracks efficaces au fil des années, en témoigne son récent « Scream » EP, particulièrement brutal et direct.
L 33 donne un aperçu intéressant de l’opus à venir avec ce sampler de quatre titres de drum & bass moderne, agressive et sans concessions, qui recèle cependant de subtilités qui méritent d’être relevées.
Penchons nous donc sur le contenu du sampler avec une analyse « track by track »:

L 33 – Clublife

On entre dans le vif du sujet avec « Clublife », mené par une basse modulante grasse, des mélodies synthétiques et des samples de voix sinistre. La drumline est percutante, pulsée par une snare aux résonances métallique. Une track simple et rondement menée, fidèle aux standard de Eatbrain. Le producteur reste dans sa zone de confort en faisant le choix d’ouvrir l’opus sur une formule qui a fait ses preuves.

L 33 – Bloodbrain

Bloodbrain suit la ligne directrice avec groove. Des vibes proches de Blackout qui rappellent Neonlight et Black Sun Empire avec un drop alliant basses nerveuses et stabs dancefloor. Cette approche plus mélodique vient apporter richesse et largeur à la track et renforce encore l’énergie dégagée. On reste sur les éléments développés auparavant tout en grimpant un nouvel échelon de puissance… Vous avez dit banger ?

L 33 – Earthbounce

Un roller qui opte pour une drum plus breakée. On retourne sur quelque chose de moins mélodique, dominé par une impressionnante basse en layering qui module de façon complexe. Une démonstration de production alliant un mix précis et une technique de design sonore de haut niveau. Le producteur manie assurément le style dans les règles de l’art.

L 33 – Zealot

Le sampler se termine sur quelque chose de différent avec ce « Zealot » plus en retenue. La stucture est rythmée tout du long par une « stab bass » hypnotique et pulsative dont l’atmosphère sombre et mécanique rappelle fortement le style de Misanthrop, notamment sur « Deadlock » ou encore « I Need More ». La progression du drop minimaliste est bien pensée et la composition bien sentie, les éléments sonores étant assez épurés pour laisser respirer le drop sans devenir pour autant lassant sur la longueur. Certainement le meilleur titre du sampler.

Du neurofunk aux sonorités familières, qui à défaut de jouer l’originalité se concentre sur l’efficacité, ce qui est tout aussi appréciable. La composition très propre et les techniques de pointe utilisées par le producteur placent sans conteste L 33 dans la cour des grands avec ces nouveaux titres ravageurs.
On peut donc s’attendre à un album neurofunk moderne à l’approche directe et fidèle à l’univers du bulgare. Cependant l’horizon reste incertain quant à la direction finale de l’opus et on espère être surpris à la sortie du LP par des tracks développant des sonorités plus variées et une signature sonore marquée afin de d’apporter de la profondeur à l’album. La réponse très bientôt sur Eatbrain pour la sortie finale courant avril.

Charles Fourcassié