Phace
So Excited / Lit Up
Sorti le: 24/06/2016
Neosignal 
Florian Harres, plus connu sous le nom de Phace, est certainement l’une des figures les plus emblématique du neurofunk actuel. Le producteur originaire de Hambourg a bâti en 15 ans de carrière une discographie conséquente constituée de trois albums et d’une quarantaine d’EP, remixes et collaborations diverses.
Il s’illustre essentiellement à ses début sur le label Subtitles sur lequel il sort plusieurs EPs ainsi que son premier album emblématique « Psycho ». On compte également des apparitions du producteur sur Renegade Hardware, Syndrome Audio ou encore Citrus Recordings pendant ses premières années d’activité. En 2008, Phace monte son propre label Neosignal/Neodigital avec son ami et collaborateur de longue date Misanthrop.  Parallèlement à leurs projets drum & bass respectifs, ils commencent également un duo de bass music hybride, à mi-chemin entre dubstep, techno et electronica. En 2015, l’allemand retourne à son projet personnels avec la sortie de son second album solo « Shape The Random » puis d’un EP sur la prestigieuse enseigne Critical Music, aux côtés de noms tels que Mefjus, Noisia ou encore Rockwell et Current Value.
Au fil des années, Phace a su développer une signature sonore immédiatement identifiable: un son froid, agressif et robotique aux sonorités empreintes à la techno indus, des basses sinueuses, des ambiances immersives et un groove unique marqué d’expérimentations rythmiques. Le producteur s’est démarqué en créant une atmosphère autour de son oeuvre très particulière dégageant quelques chose de profondément cynique, qui s’apparente presque à de la satire sociale. Un goût qu’il partage avec Misanthrop aux travers notamment des samples vocaux et speechs présents dans leur productions mais aussi de clins d’œil dans le titre des tracks.  Il n’est en effet pas rare que les deux producteurs fassent explicitement référence au capitalisme, au système de l’industrie moderne et à la cupidité maladive qu’il engendre. L’exemple le plus marquant reste certainement celui du single « Sex Sells » sorti en 2014, dont la cover représente de très aguichantes jambes féminines photoshopées à la perfection. Si le message prête à sourire, la suite se révèle assez ironique:  la chaîne de promotion You Tube Neurofunk Grid, ayant parfaitement compris l’enjeux de ce choix artistique, reprend l’artwork comme background lors de l’upload du morceau sur la chaîne. Le titre compte à ce jour plus de 130 000 vues et compte parmi les vidéos les plus visionnées de la chaîne. Le single se place également en top des charts dnb sur la plupart des stores digitaux pendant plusieurs semaines.  Certains y verront sans doute une fausse corrélation, cependant le constat reste interessant…
Phace revient une nouvelle fois sur Neosignal avec deux bangers soniques et puissants qui répondent en tout points à ce que l’on peut attendre du producteur, fidèle à son univers. Voyons donc ce que propose ce nouveau double single 100% made in Germany.

Phace – So Excited

On retrouve immédiatement la patte du producteur avec une formule « Phacienne » indémodable: Des synthétiseurs menaçant aux relents de sonorités 90′, une mélodie crispante et un speech vocal robotique nonchalant, au discours dépressif au possible. S’en suit un buildup intense monté comme une bombe à retardement, mené par un roulement de toms groovy et un mélodie aigre. Le drop détonne et laisse place à une bassline monstrueusement brutale, saturée à son paroxysme, à l’énergie très rock & roll. Les drums jouent sur les contre-temps pour amener une excellente dynamique au morceau et faire rebondir les basses en beauté. La recette est classique mais indéniablement exécutée avec toujours autant de talent.

Phace – Lit Up

« Lit Up » reprend la ligne de conduite de « So Excited » avec ses samples vocaux féminins d’une sensualité étrangement effrayante. On retrouve des mélodies inquiétantes, froides et torturées  et un arrangement des parties harmoniques maîtrisé défilant sur un roulement de snare fluide et subtile. Le drop développe une drumline intéressante dont le kick partiellement absent semble retenir le groove en arrière. Les basses crasseuses et puissantes apportent une texture organique et baveuse sublimant parfaitement l’atmosphère malsaine que dégage la track. Ici encore une arme fatale à placer en mix pour les djs les plus énervés.

On retrouve un Phace dans sa grande forme habituelle sur cette nouvelle release. Des morceaux assurément moins ambitieux en termes d’expérimentations que son dernier EP « Phace & Friends » mais qui savent taper juste pour ce qui est de l’efficacité en live. Une composante qui reste la plupart du temps primordiale pour un producteur de neurofunk, il faut se le rappeler. Une sortie qui laisse à penser que le producteur n’a définitivement plus rien à prouver, ses titres de qualité l’ayant déjà placé au panthéon des maîtres de la drum & bass depuis bon nombre d’années. On peut cependant espérer du renouveau pour Phace au travers de ces futures collaborations, notamment avec Mefjus, la récente association des deux compères faisant preuve d’une alchimie intéressante qui mérite d’être développer…
Charles Fourcassié