Mefjus & Emperor
Hello World 2
Sorti le: 05/11/2016
Critical Music
Emperor et Mefjus sont devenus en un peu plus de cinq ans deux figures incontournable du neurofunk actuel. Ils partagent un amour invétéré pour la bass music au travers de compositions, brutales, complexes et tournées vers le futur.
C’est dans cette optique que les deux producteurs sortent en 2014 l’EP « Hello World », première collaboration de quatre titres dévastateurs sur Critical Music, qui marquera les esprits et les mixes de toute la sphère drum & bass. Le goût des deux acolytes pour le design sonore et les techniques de mixage audio à la pointe, mêlé à un sens de la composition très savant donnera à l’opus un cachet certain. Ainsi, les choses ne pouvaient pas en rester là.
Deux ans plus tard, l’anglais et l’autrichien s’allient à nouveau pour « Hello World 2 – Sanity Check EP », la suite de l’histoire basée sur une même structure: Deux collaborations et deux remixes de neurofunk brûlant, pensés et conçus pour détruire le dancefloor.
Retour en « track by track » sur le contenu de l’EP:

Mefjus & Emperor – Sanity Check

Le titre éponyme de l’EP s’annonce par une courte introduction aux sons d’ambiance, à laquelle vient s’ajouter une ligne de drum rollin’ rapide et puissante. Le breakdown avant le drop se fait sombre et menaçant. La basse s’annonce et grognant sinistrement, accompagnée de sonorités robotique d’un autre monde. Le drop reprend les éléments annoncés avec force et fracas. La basse profonde alliée à la drumline véloce évoque avec surprise des influences au neurofunk old school, notamment à la patte de Phace & Misanthrop aux débuts de Neosignal ou encore aux productions de Noisia des années 2000. Les éléments reste simple en apparence.
On note la structure très atypique du morceau composé d’un drop unique aboutissant sur une longue outro atmosphérique. Une structure innovante déjà utilisée notamment sur les tracks du dernier album de Noisia « Outer Edges ».

Mefjus & Emperor – Flashizm

« Flashizm » se tourne vers quelque chose de plus sinueux. L’introduction courte laisse place à un drop torturé aux sonorités complexes, mélange de resses basses baveuses et d’impacts sonores à la texture surnaturelle,  jouant sur le groove de la drumline. On note le son de pluck utilisé dans l’arrangement qui rappelle fortement celui de « Reptilians », élément très en vogue dans le neurofunk actuellement.
Ici encore un seul drop, se concluant par une improbable outro de flûte rappelant une musique de dessin animée puis reprenant la basse du drop. Un trait d’humour qui fait écho au premier volume de « Hello World » et ses tracks aux outros inattendues totalement hors de propos, pourtant génialement exécutées.

Mefjus – Dissuade (Emperor Remix)

Ce remix de Dissuade, morceau extrait de l’EP « Comtemporary » sur en 2013, reprend une formule plus classique et laisse plus librement s’esprimer le style d’Emperor. On reconnait bien le personnage dans les basses mécaniques du drop, chargées de sub ronflant. L’arrangement reprend la plupart des éléments du titre originale, en faisant notamment le choix judicieux de réutiliser la snare pitchée « mefjusienne ».
En termes de rythmique, la pattern breakée de « Dissuade » et ici remplacée par un rollin’ classique, mais la complexité des détails de percussions rappelle tout de même le côté déstructuré originel.
Ici aussi une outro étrange sortie de nulle part, sorte de techno/disco aux synthés ringards accompagné d’une rythmique 808.

Emperor – SMPL (Mefjus remix)

Un remix assez surprenant de la part de Mefjus qui présente quelque chose d’assez éloigné de ses sonorités habituelles et également très éloigné des vibes de la track originale, assez minimaliste et « sèche ». Le drop est menée par des stabs mélodiques à mis chemin entre Neurofunk et dancefloor. On remarque aussi un arrangement de la drumline particulier avec des kicks placés de façon inhabituelle, conférant au groove une sensation déroutante à la première écoute. La rythmique semble presque « bugée », comme si les impacts sautaient involontairement. On surprend quelques autres détails interessants si l’on tend l’oreille, comme cet impact ponctuel sur le drop rappelant fortement le cri du dauphin; Effet volontaire ? Hallucination auditive ? La légende perdurera sans doute !
On retient au passage le mixage audio particulièrement époustouflant, tant par la gestion parfaite de la dynamique que par la spacialité des éléments totalement maîtrisée.

Mefjus et Emperor redoublent de créativité et de fraicheur dans la composition, voguant entre continuité et innovation. En se servant des codes du neurofunk de plus en plus établis au fil des années, les deux producteurs se risquent par touches subtiles à de nouvelles expériences tout en restant sur des canons esthétiques qui ne dérouteront pas les neurofunk addicts, à l’instar de Noisia et de leur dernières productions futuristes redoutables.
Un « Hello World 2″ marqué par des tracks parfois plus expérimentales que d’ordinaire qui ne feront pas toujours l’unanimité en comparaison au premier volet ultra-efficace en mixe, malgré une veine artistique similaire. Seul l’avenir nous dira si ce second opus aura lui aussi sa place dans le panthéon des classiques de la drum & bass.

 

Charles Fourcassié