Le duo de Bristol a accepté de répondre à nos questions à l’occasion de sa venue sur le sol Parisien pour la High Society du 4 Mai! Après la sortie de leur excellent album « POLARISM » l’année dernière sur Dispatch, Harry Hackett et David Stone nous en disent un peu plus sur leurs projets à venir !

Pouvez-vous nous dire en quelques mots comment vous vous êtes rencontrés ?

On est tous les deux de Southampton et on s’est connus par le biais d’amis communs.

Pourquoi ce nom de « Gerra & Stone » ? Il a une signification particulière ?

On aimerais bien vous répondre qu’il y a un sens profond et hyper recherché, mais c’est pas du tout le cas ! ‘Gerra’ est un nom inventé de toute pièce et Stone est juste le nom de famille de Dave.

Vous êtes partis de quel style musical quand vous vous êtes lancés dans la production ? Parlez-nous un peu de votre évolution en tant qu’artistes.

Depuis le début, on s’est toujours placé du côté plus deep de la production et c’est toujours ce qu’on a en tête. La plupart de nos premières tracks étaient plus dark, plus en lien avec nos ressentiments du moment en termes d’énergie, mais à un moment on s’est mis à incorporer des sons plus vocaux, plus soul aussi. L’idée a toujours été d’inclure un large panel d’émotions et d’influences musicales avec la Drum & Bass, car c’est la drum qui nous a attiré vers des d’autres genres.

En ce qui concerne notre évolution, c’est difficile à dire…c’est un process en constante évolution pour nous.

Etes-vous intéressés par des champs artistiques autres que la musique ?

Harry touche un peu à la photo et certaines de ses œuvres ont été utilisées sur la pochette de l’album et publiées sur nos réseaux sociaux.

Depuis vos premières tracks, vous produisez davantage de deep, vous pourriez encore produire des tracks comme “Dnt U” ou “Po’rdosol” aujourd’hui ?

Dans l’idée oui…on fait en sorte de ne pas trop se caler sur un genre ou un sous genre, on fait en fonction des inspirations qui nous viennent sur le moment.

Vous avez sortis beaucoup de vos premières tracks sur Proximity Recordings, comment vous êtes entrés en contact avec ce label ?

Ça s’est fait après que Xtrah écoute une de nos nouvelles tracks. À l’époque, il travaillait avec ce label et il leur a fait écouter. C’était clairement une super rampe de lancement pour nous à nos débuts et le label fait encore un super boulot dans la découverte de nouveaux talents.

Parmi toutes vos prods, ‘Po’rdosol’ sort vraiment du lot. C’est quoi l’histoire derrière cette track ? Vous avez d’autres tracks non sorties dans le même style ?

Pôr do sol veut dire coucher de soleil en portuguais. On a joué et vécu une superbe expérience à Porto au moment où on éditait la track et c’est comme ça que ça nous ai venu ! Même si la majeure partie de nos prods sont déstinées à être jouées en club, on a aussi d’autres inspirations comme ça plus broken up/ambient, peut être qu’elles verront le jour plus tard ! Il y en a quelques une sur notre dernier album sorti sur Dispatch Recordings.

Quelles sont vos actus du moment ?

On a quelques projets de sorties d’ici peu, mais tout ce dont on peut vous parler maintenant c’est la sortie de notre prochain EP sur Vandal Records le 8 juin prochain.

Un EP sur Vandal…à quoi on doit s’attendre ?

À un éventail d’émotions et d’énergies bien variées sur tout l’EP, avec des tracks plus soul et vocales et d’autres plus agressives. L’un des vocalistes de notre précédent album participe également à celui là, et vous saurait bientôt de qui il s’agit !

Comment vous travaillez ensemble sur la production ? Chacun à son domaine d’expertise ?

En règle générale on travaille tous les deux sur les différents éléments de la track du début à la fin. Ceci étant dit, il y a certains aspects sur lesquels chacun aime se concentrer un peu plus indépendamment, à savoir les drums pour Dave et les atmosphères pour Harry.

De quel projet êtes vous le plus fier ? Celui qui vous paraît le plus peaufiné ?

C’est difficile de penser à un projet plus abouti que les autres…le but du jeu étant de toujours vouloir s’améliorer sur certains aspects perfectionnables etc…mais en termes de fièrté ce serait notre album « Polarism » sorti sur Dispacth Recordings l’année dernière.

Quels artistes Drum & Bass vous ont le plus influencés ?

Des mecs comme Alix Perez, Calibre, Spectrasoul, D Bridge ou Break ont toujours fait parti de nos influences. L’album «1984» d’Alix Perez et «Second Sun» de Calibre sont au dessus du lot.

Quels sont vos labels favoris ?

Pour les labels du moment, on collabore pas mal avec Shogun Audio, Dispatch Recordings, Metalheadz, 1985, CIA, Symmetry, Flexout Audio et Vandall Records…En ce qui concerne les labels plus installés, on a tous les deux toujours été fans de Quarantine depuis qu’on a commençé à faire de la musique ainsi que le label de Calibre Signature’s Recordings, pour n’en citer que quelques uns.

Présente la Drum & Bass à quelqu’un en 3 tracks !

Il y en a clairement des plus old school donc ce sera une présentation pour des fans dernière génération:

Calibre – All the While

Break – Day one

Dillinja – The Angels Fell

Quelles sont les 5 tracks que vous choisiriez pour résumez vos goûts musicaux ?

- Flying Lotus – Camel

- Radiohead – Everything in its right place

- Jehst – Brimstone rock

- System of a Down – Jet Pilot

- Shlomi Aber – Midnight Spooks

____

Parlons un peu de notre pays, que pensez-vous du public français?

Globalement cool !

Citez nous trois producteurs français.

Redeyes, Signs, Dirtyphonics.

Votre meilleur souvenir en France ?

Le Bikini Club à Toulouse.

Plutôt vin blanc ou vin rouge ?

Vin rouge

Votre fromage préféré ?

Le camembert

Un grand merci à High Society pour le support de cette interview. En attendant la soirée de samedi 05 Mai, écoutez le promo mix de G&S pour l’event ici

Retrouvez Gerra & Stone sur :
Facebook
Soundcloud

Propos recueillis par Quentin Ordoux