La semaine dernière, un long communiqué annonçait la fin de l’aventure NOISIA. « Un jeu terminé » pour les citer.
La nouvelle, aussi surprenante que renversante, enflamma la sphère Bass Music.
En vingt ans de carrière, le trio a su se forger une identité musicale, graphique et commerciale, comme nul autre auparavant. Innovant et futuriste, leur son s’est toujours démarqué de ce qui pouvait se faire à côté. Oscillant avec aisance entre Drum & Bass (évidemment) mais aussi Dubstep, Breaks ou Techno, ils ont su créer un univers post-apocalyptique froid, sombre et menaçant.
Mais cette fin de parcours ne serait-elle pas une bonne chose au fond ? Les raisons sont claires, la cohésion n’est plus ce qu’elle était et chacun des membres aspire à faire dorénavant son chemin. Partir en champions incontestés, après 20 ans de bons et loyaux services à la musique dans son ensemble, voilà qui marquera un peu plus la légende du trio Hollandais, pour qui tout avait commencé dans la campagne de Groningen.
La règne s’achèvera donc en fin d’année prochaine. D’ici là de belles surprises nous seront certainement réservées et viendra alors l’heure du bilan. En attendant, nous vous proposons un retour en musique -et toute subjectivité- avec ces tracks qui nous ont marqués, émus, surpris, possédés au long de cette ère supersonique.

 

Concussion (Vision _ 2005)

Première sortie de leur label VISION, face B de la non moins cultissime et affolante ‘The Tide’.
Une intro groovy, un drop dévastateur, et en guise de rupture entre les deux, ce sample du grand jazzman Herbie HancockHang, apportant cette touche de folie, qui fit entrer un peu plus cette track dans l’histoire.

 

Façade VIP (2007 _ RAM Records)

VIP qui sublime une track déjà à fort potentiel sortie un an plus tôt, rolling et encore une fois groovy af. On ne s’en lacera jamais.

 

Running Blind (2014 _ Vision)

D’une violence bestiale amenée par une intro menaçante à souhait, extraite du EP ‘Purpose’, aux cotés de ‘Asteroids’ , ‘Oh Oh’ ou encore ‘Stamp Out’. On aurait pu toutes les mettre dans ce top, tant la qualité de la release était plusieurs mondes au dessus du game.

 

Diplodocus (2008 _ Quarantine)

Face B d’un single de Break, on la retrouvera deux ans plus tard sur ‘Split The Atom’ et dans de nombreux DJ set les dix années qui suivirent. DIPLODOOOCUUUUS

 

MPD (2013 _ Neosignal)

En parfaite harmonie avec la patte Neosignal, cette collaboration à la fois minimaliste et pourtant complexe entre Noisia & Phace est un pur crescendo de tension robotique. A écouter sans modération !

 

Dustup (2012 _ Vision)

Après Sacrifice (2005) et Creep Out (2008), c’est aux cotés de leur amis de longue date The Upbeats, que fût créé ce banger absolu, percussif et redoutable. Le sample de voix donnant cette impulsion guerrière à l’oeuvre.
Un des titres les plus plébiscité de l’histoire du groupe, et de la Drum&Bass en général.

 

Falling Through (2010 _ Vision)

 

Block Control (2005 _ Moving Shadow)

Nous sommes en 2005, sur Moving Shadow, label pilier de la culture breakbeat et jungle du début des 90′s… et pourtant tous les traits de ce qui caractérisa la neurofunk dans les années qui suivirent, mais encore mieux. Ajoutez ce sample mythique de Ice Cube, amorçant l’avalanche qui s’en suit, et laissez vous aller à votre plus belle bassface.
La VIP est évidemment dans tous les esprits mais jamais officiellement sortie pour autant.

 

Dead Limit (2015 _ Vision)

Tour à tour adorée puis rejetée, mais toujours admirée dans le fond. Il faut rendre à Césars ce qui appartient à Césars et ne plus se mentir, Dead Limit est très surement LA track de la décennie. Techniquement réussie, c’est aussi en terme d’émotions transmises que les producteurs Hollandais et Néo-Zélandais on réussi un tour de force majeur, avec notamment cette intro aussi criarde qu’épique, qui restera à jamais gravée dans l’esprit des ravers.

 

Crank (2009 _ Vision)

 

Shellshock (2010 _ Vision)

Énième collaboration de haute voltige avec les MC’s de Foreign Beggars et véritable déclencheur de pogos partout où ses breaks survitaminés résonnent, il faut le vivre pour le comprendre.

 

Could This Be (2010 _ Vision)

Le dosage parfait entre puissance et beauté. ‘Could This Be’ est une partition mi-half beat mi-amen breaks dopée aux sonorités spatiales rétro-futuristes. Un voyage turbulent mais dont on ne souhaiterait jamais qu’il prenne fin.

 

Stigma (2009 _ Vision)

Peut-être l’oeuvre la plus violente de Noisia. Une intro froide et menaçante, introduite à la basse puis suivit de breaks agressifs. Le drop flirte avec la Hard DnB, entraîné au son d’une turbine supersonique ne laissant aucun répit à l’auditeur.
On vous souhaite sincèrement de pouvoir l’entendre rugir sur un soundsystem digne de ce nom !

 

Mantra (2016 _ Vision)

Une intro longue, très longue. Épique, très épique. Un drop frénétique, tout en tension et virtuosité. Mantra est l’une des pistes les plus remarquable de ‘Outer Edges LP’. Le clip, directement relatif aux drames causés par la crise migratoire en Méditerranée à cette époque est aussi somptueux que dénonciateur. Une perle musicale ET visuel en somme.

 

Machine Gun (2010 _ Vision)

Tout est dans le titre.

 

End Game (2006 _ Virus)

Ambiance film d’horreur, chant lugubre en arrière plan d’une drumline sombre et véloce. NOISIA marqua au fer rouge le label de Ed Rush & Optical avec ce titre un peu oublié de nos jours mais pourtant culte.

 

Motion Blur (2016 _ Vision)

 

Displaced (2011 _ Vision)

Face B de ‘Friendly Intention’, qui aurait aussi bien mérité sa place ici. Percussive et chaloupée, la drumline nous embarque, tambourinant au son de ce qui pourrait s’apparenter à des miaulements menaçants de machines. Une résultat très ‘Noisiesque’.

 

Floating Zero (2010 _ Invisible)

Aînée de MPD dans l’esprit minimaliste et véloce tout droit sortie de l’imagination débordante de l’association avec Phace. Floating Zero fût la track inauguratrice du lancement de ‘INVISIBLE’ en 2010. Ambiance, précision, groove.. tout les éléments pour en faire un classique y sont réunis.
Big up à Icicle pour son remix plus que réussi, sorti l’année qui suivit.

 

Split The Atom (2010 _ Vision)

Titre incontournable et éponyme de leur premier album, Split The Atom est une vraie petite bombe funky dropée à 125bpm, révélée au grand public sur leur FabricLive sorti en 2008. Changement de vibe garantie lorsqu’elle drope en live. Le sample de voix issu d’une vidéo tuto de physique, résonnera dans nos têtes infiniment.
(Mention spéciale aux remixes de Bar9 ou Ed Rush & Optical pour l’avoir adaptée avec brio tour à tour en Dubstep et Drum & Bass)


 

Shibuya Pet Store (w/ The Upbeats) (2018 _ No Sleep Til)

Dong, ding, dum, ding… dung dong, ding, swooooomp

 

On aurait pu en sélectionner des dizaines d’autres encore… Les nombreuses collabs avec Black Sun Empire (Hideous, Feed the Machine) , celles avec Teebee (Lost Cause, Moon Palace) mais aussi Lilith’s Club (conçue pour la BO de ‘Devil May Cry’), Tommy’s Theme (tellement évidente), Brainstitch sur Shogun Audio, Anomaly ou Voodoo extraites de leur ‘Outer Edges LP’. Sans compter une flopée de remixes complètement cultes revisitant des monstres allant Moby à Skrillex en passant par The Prodigy, Konflict et Deadmau5.
En espérant néanmoins que vous aurez apprécié cette immersion, sur fond de nostalgie, dans l’univers complexe et sauvage de Thijs, Martijn et Nik.


Damien ‘Combine’ + DNB France team